mardi 16 janvier 2018

c'est lui - textes de ce jour


Mardi 16 Janvier 2018

Journée qui a versé tout autrement que selon mon marasme.

Donc évidence vécue dans ce moment à projeter cette forme d’évangélisation très locale et très ouverte : rien que notre groupe de quatre n’a pu fonctionner que par l’œuvre commune, chercher ensemble et vérifiant nos différences, arriver à la clause du revoir et à la distribution des tâches. Génie de ce prêtre dont la bonté et l'humilité sont ls outils d'une efficacité sans pareille, et la arque d'une écoute rare, d'un don d'accueillir aussi bien le noyau habituel des fidélités dans une paroisse que la "périphérie" chère au pape actuel. Etre apprécié de lui, je le ressens comme un honneur. Rarement, un homme ne m'a plus exactement défini, en termes qui me semblent approcher le plan de Dieu sur moi. Et sans ostentation, sans insistance, sans qu'il y ait lieu de le remarquer, la phrase juste, la plume simple et synthétique.

Leçon qui n’est plus vécue depuis des décennies ni entre Etats (et il faudrait les peuples) européens, ni chez nous. Des sujets très graves se traitent sans concertation, en images manifestement forcées : EM à Calais, le bain de foule se fait avec la rencontre des quelques migrants : sympathique, mais l’arrivée en préfecture, l’immense distance organisée entre la voiture présidentielle, les mains maintenues serrées comme désormais entre chefs et de gouvernement pour simuler entente et amitié entre chefs, entre peuples, etc… hiératiques et figés, le goût du décorum, de la mise en scène la harangue, pupitre blanc et drapeaux (de ceux-ci je ne suis pas sûr), et les gendarmes, policiers, gradés, alignés en salle… du starwars. Une présentation commentée très diversifiée. Rappel qu’EM est rocardien, que lui et COLLOMB étaient d’éminents " socialistes de gouvernement " jusqu’il y a peu. Evocation de l’opinion publique unanimement sécuritaire, et dédouanement en citant un revirement de MITTERRAND sur le sujet de l'immigration entre son premier et son second septennat.... Un tâtonnement donc des conseils en positionnement : quand le sujet est difficilement, voici qu'on cherche des appuis et des précédents, alors qu'on se présentait en exception et premier commencement... Tout manque de souplesse. Un mot : il n »’y aura jamais plus de « jungle à Calais », peut-être… mais à quel prix. Le projet de loi en gestation : asile et immigration, fait l‘unanimité des associations et certainement dissocie la majorité parlementaire, au moins dans la conscience de chacun… Naïveté de croire que la Grande-Bretagne se laissera convaincre de mettre plus d’argent et plus de ressources humaines pour traiter la question que nous ne parvenons à résoudre. Faute grave que de reposer ce problème à l’heure où il semble que réapparaît la possibilité d’un nouveau referendum sur le brexit. C’est cela qu’il faut saisir, et faire gagner par la proposition de réécriture à tous du traité européen. – Maladresse insigne, diffuser les préparatifs militaires : plus de 4.000 CRS et des voitures blindées pour évacuer la ZAD de Notre-Dame des-Landes, et de précautions énormes à Rennes et à Nantes pour éviter des manifestations accompagnant la résistance locale. Rappeler qu’en 2012, 1.500 CRS s’étaient trouvés devant 40.000 manifestants sur place. Organiser le suspense ? publier que la décision a été prise hier soir entre PR et PM pour l’avenir du site : aéroport ou pas ? mais secret ! – Problème immense pas du tout perçue par le gouvernement et la ministre de la Justice en particulier : les conditions de l’administration pénitentiaire. Elle arrive cinq jours après l’incident marquant d’une prison près de Calais, s’y fait chahuter et repart très vite pour figurer aux côtés d’EM à propos de la « jungle ». Les personnels voulaient une écoute et un traitement différencié, y compris dans l’agenda de la ministre…

Le manche branlant, la plainte d’une association anti-corruption rouvre le procès contre Richard FERRAND. Le juge Van RUYMBEKE chargé de la nouvelle instruction, et le feuilleton commencé : Mathieu GALLET, ses agissements quand il dirigeait l’INA, son refus de démissionner de la présidence de Radio-France, réaction première de NYSSEN, indépendance de la télévision, mais remise à l’ordre par EM, cette nuit, elle réclame le départ. Tenir une telle chronique décourage. Ce que j’attends, c’est la réaction profonde sur cette manière d’exercer le pouvoir sans qu’exerce aucun autre acteur, aucune institution que EM président de la République. Son discours à Calais… je veux… je veux… et l’indication que les diverses instructions à venir seront de sa main.

Les médias pour la politique aujourd’hui. Le traitement de la stricte actualité. Sauf émission historique, aucune mémoire : vg. Notre-Dame-des- Landes, réplique de l’affaire du Larzac, il y a plus de quarante ans. Commentaires et reprises des attitudes et leur discussion en termes déjà de sondage : le PR jugé en termes de réussite ou pas de sa communication, et non du contenu de son langage. Evolution de la scène politique : elle est pourtant criante. Le parti majoritaire st sans structure ni programme propres, on en est déjà aux rivalités sur les places, « les postes-clé » à l’Assemblée nationale, c’est-à-dire comment contrôler les votants ! Pour les oppositions, ce n’est pas meilleur : aucun signe d’un retour des épigones d’un gaullisme aussi lointain que s’il était déjà centenaire. Marginalisation du PS, comme le dit DRAY avec justesse. Mais pour les deux partis « traditionnels », une seule erreur : faire passer l’élection d’un chef avant un débat très à fond, long au besoin, une année peut-être pour re-définir un programme. Et forcément ni discernement ni enseignement du discernement : l’événement du jour me paraît l’énoncé de MARTINEZ pour la C.G.T. et toute la mouvance communiste, encore si militante. « La tradition française, c’est l’accueil des demandeurs ». Une du Monde : « emploi, les entreprises se ruent sur la rupture collective conventionnelle ».  Bosch à Rodez, son établissement exclusivement dédié au diesel : 1.500 emplois en danger et un bassin entier qui en dépend : 8 à 10.000, en question.  Le gonflement de la « couverture » pour le déplacement d’EM à Calais empêche la diffusion de ce qui compte localement et va compter concrètement à l’échelle nationale, dans les prochaines semaines : l’emploi et le climat social. Miévrerie et effet d’entrainement : voici que la pruderie et une certaine sociologie corrigerait les clichés publicitaires, la femme avec un aspirateur et l’homme qui vend des voitures. Un groupe de groupes annonce qu’il va amender ses passages publicitaires. La plupart de ces « réclames », les voitures notamment se superposent et n’annoncent rien que les différences de mensualités, car le prix des voitures est au mois et non au total. Pour les banques et assimilés, c’est le concours mensonge et de l’usurpation de titre : banque citoyenne, banque appartenant à ses clients… tandis que les retraits en distributeurs automatiques deviennent payants s’ils ne sont pas effectués à celui de la raison sociale, les réseaux s’amenuisent. Régression sous prétexte de modernisation.

 22 heures 36 + Peut-être une heure de sommeil, à la japonaise (la délégation à l’O.C.D.E. dans mes débuts à la D.R.E.E.), droit sur ma chaise. – Ma chère femme, Asterix aux J.O. version allemande. – Prier… textes lus ce matin, la chapelle jésuite du collège de notre fille : Saint-François-Xavier, piété certaine des quelques soixante participants, vraiment fidèles aussi à cette messe hebdomadaire, entendre répondre ou chanter notre trésor. L’accompagnement divin pour toute difficulté de discernement ou de comportement si nous avons la lucidité et la confiance de les demander. Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem. J’ai vu parmi ses fils mon roi… Comment faire ? Saül va le savoir, et il me tuera. [1] Stratagème divin, prétexter le voyage pour un sacrifice. Dieu a plus d’imagination que nous. Dieu surprenant et nous, si vite découragés, parce que sans espérance : c’est celle-ci qui trouve la voie, notre voie. Il reste encore le plus jeune, il est en train de garder le troupeau.. Le garçon était roux, il avait de beaux yeux, il était beau… Lève-toi, donne-lui l’onction : c’est lui. Comme pour Samson, et plus tard l’Enfant Jésus. L’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là. Et c’est le Christ qui en fait rétrospectivement Son prophète : n’avez-vous pas lu ce que fit David lorsqu’il fut dans le besoin ? Et c’est sur le précédent le plus humain et naturel : la nécessité, que Jésus affirme : le sabbat a été fait pour l ’homme et non l’homme pour le sabbat. Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. La vie en toutes ses formes, n’est jamais un rite.


[1] - 1er livre de Samuel XVI 1 à 13 ;  psaume LXXXIX ; évangile selon saint Marc II 23 à 28

lundi 15 janvier 2018

Samuel, prophète et juge en Israël . faiseur de roi



 

wikipédia à jour au 23 novembre 2017

Samuel

Samuel
Samuel lors de l'onction de Davidpeint par Jan Victors
Samuel lors de l'onction de David
peint par Jan Victors
Titre
Prophète de la Bible
Dernier juge d'Israël
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Nom de naissance
שְׁמוּאֶל
Lieu de naissance
Nationalité
Israélite de la tribu de Lévi
Père
Elkana
Mère
Entourage
Éli son mentor
Saül puis David qu'il désigne rois
Samuel (en hébreu, שְׁמוּאֶל (Šəmūʼēl) ; en grec, Σαμουήλ (Samouél) ; en latin, SAMVEL ; en arabe, صموئيل (Ṣamūʾīl)) est un personnage biblique dont l'histoire fait l'objet du Premier et du Deuxième livre de Samuel dans la Bible hébraïque ou Ancien Testament. Il est qualifié de prophète dans la Bible bien que son rôle soit plus proche de celui d'un juge, c'est-à-dire un chef guerrier au sens biblique. C'est lui qui désigne les deux premiers rois d'Israël, Saül, puis David.

Sommaire

Présentation

Selon la littérature rabbinique et néo-testamentaire, il est considéré comme le dernier des Juges d'Israël (voir Actes des Apôtres 13.20) et comme le premier des prophètes prophétisant aux Israélites en terre d'Israël (voir Actes des Apôtres 3.24). Une partie du monde chrétien, dont l'Église orthodoxe et l'Église catholique, le fête le 20 août.

Étymologie

Ce prénom signifie « nom (šem) de Dieu (‘El, Elohim) »1,2 ou « son nom (šm.ō) est Dieu (‘El) »2. L’explication donnée en 1 Sam 1:20, כִּי מֵיְהוָה שְׁאִלְתִּיו (kī me-yhwah šə’iltiyō) : « car je l’ai demandé au Seigneur ('YHWH') », dérivée du verbe ša’al : « demander », s’applique plutôt à Saül2 ou à Salathiel, prince de la fin du royaume de Juda. Quant à l’hypothèse šamaʕ ‘El : « Dieu (Elohim) a entendu » (avec un ʿAyin), elle se rapporte à Ismaël.

Selon la Bible

Samuel est né à Rama.
Enfant, il est consacré au Seigneur par sa mère Hanna (Anne), qui le reçoit comme un cadeau de Dieu, alors qu'elle est stérile. Celle-ci l'emmene vivre chez le grand-prêtre Eli alors qu'il est enfant. Après avoir grandi à Shilo, il vit à Rama (1 Samuel 7:17) où il officie en tant que juge et c'est là que se trouve sa tombe (1 Samuel 25:1). Samuel est appelé à jouer un rôle exceptionnel pendant une période de crise et de transition.
Plus tard, alors que Samuel est un vieux prophète déjà renommé en Israël, il désigne le premier roi des Hébreux, Saül, que Dieu lui a montré. Les Hébreux veulent absolument un roi et malgré ses réticences, Samuel finit par leur en accorder un sur l'ordre de Dieu : « Écoute la voix de ce peuple ; car ce n'est pas toi, mais c'est moi qu'il rejette, afin que je ne règne plus sur eux. »
Lorsque Saül déplaît à Dieu, celui-ci demande à Samuel de consacrer comme roi une autre personne : c'est David, qui n'est alors qu'un berger. Après sa victoire contre Goliath, le jeune berger doit, avec l'aide de Samuel, s'imposer face à Saül pour gagner la couronne et l'onction.
Saül, à la veille de la bataille au mont Gelboé contre les Philistins qui va lui coûter la vie et celles de ses fils (dont Jonathan), demande à la sorcière d'Endor d'évoquer l'âme défunte de Samuel pour le conseiller, selon 1 Samuel 28:13. Ce dernier lui prédit sa mort.

Selon le Coran

Tabari et Ibn Kathir avancent que le prophète auquel les fils d'Israël ont demandé la désignation d'un roi est Samuel, « fils de Bali, fils de 'Ilqima, fils de Yarkham, fils d'Eloho, fils de Taho, fils de Soff, fils de 'Ilqima, fils de Maheth, fils de `Amoça [...] ». Ce prophète leur a été envoyé après une période de persécution et d'exil survenue comme châtiment du peuple d'Israël, dont une grande partie était revenue à l'idolâtrie. Le roi désigné par Samuel n'était pas du clan de Yahoda auquel appartenait le gouvernement. Samuel leur a indiqué que le signe de la légitimé de Ṭālūt est qu'il va restituer l'Arche d'alliance au peuple d'Israël. Et lorsque Ṭālūt commanda l'armée d'Israël face à Goliath, David réussit à tuer Goliath. Ṭālūt le récompensa en le mariant avec sa fille et c'est ainsi que la royauté est passée à la famille de David.

Livres des Juges et de Samuel

Selon la tradition juive, Samuel aurait été l'auteur du livre des Juges et d'une partie de celui qui porte son nom. Ce livre de Samuel aurait été achevé par le prophète Gad3.

Galerie

Samuel enfant par Joshua Reynolds, musée Fabre, Montpellier
Samuel et le roi Saül
Tombe du prophète Samuel au nord-ouest de Jérusalem

Notes et références

  1. P. Hanks et F. Hodges, A dictionary of surnames, Oxford, 2000, p. 469
  2. a, b et c C. Tanet et T. Hordé, Dictionnaire des prénoms, Larousse, 2000, p. 396
  3. Thomas Römer, « Les Prophètes : Introduction », dans Thomas Römer, Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, 2009, 902 p. (ISBN 9782830913682, lire en ligne [archive]), p. 313

Bibliographie

  • Philippe Lefebvre, Saül, le fils envoyé par son père. Lecture de 1 Samuel 9, coll. Connaître la Bible, n° 13, Bruxelles, Lumen Vitae, 1999, 64 p. (ISBN 2-87324-124-1).
  • Sophie Ramond, David, l'insensé et la femme sage. Une analyse de la caractérisation des personnages en 1 Samuel 24-26, coll. « Connaître la Bible », n° 43, Bruxelles, Lumen Vitae, 80 p. (ISBN 978-2-87324-285-5).
  • Sophie Ramond, Leçon de non-violence pour David. Une analyse narrative et littéraire de 1 Samuel 24-26, Paris, Cerf, Lire la Bible 146, 2007.
La dernière modification de cette page a été faite le 23 novembre 2017 à 14:13.

mais j'ai obéi à la voix du Seigneur - textes pour ce jour


Lundi 15 Janvier 2017


12 heures 47 + Envoi de mon courriel quotidien. Je suis soulagé et vais déjà commencer de rédiger mon journal et la lectio divina d’aujourd’hui. Un rythme plus léger pour moi, et une lecture plus actuelle pour ceux qui partagent ce que je prie et vois. Combien j’aimerais recevoir de correspondants, connus ou anonymes, l’écrit pas du tout analogue au mien, mais m’ouvrant à d’autres regards et à d’autres désirs de Dieu ou de toute communion. Je le fais précéder d’une demande de fonds pour Ousmane [1], mais depuis Mai 2015, il est donc en perfusion et c’est l’impasse. – Notules du cher Olivier B. [2]
16 heures 13 + J’écoute sur 888 (j’avais oublié la manœuvre) les messages reçus depuis que je suis en possession d’un nouveau portable, bien petit, mais gros ou mince, les lunettes sont souvent nécessaires. Et depuis des mois je n’ai pas renouvelé les miennes, en ayant perdu ou endommagé quelques-unes en sus : je travaille donc avec des lunettes qui je crois me viennent d’un ami il y a trente ou quarante ans et dont j’avais remarqué les montures amusantes : elles ne lui servaient plus…. 

 17 heures 51 + Le soir tombe doucement, sans bruit. 

19 heures 52 + Politique… dès cette aurore la confirmation de ce qui est tramé pour Notre Dame des Landes. Les effectifs, la crainte qu’on arrive de partout à la rescousses des « zadistes », cet excellent documentaire avant l’été sur ce qui est vécu là-bas, nouvelle version des ambitions de bonheur et de simplicité après 1968, hors civilisation contemporaine. Selon la C.G.T. ici, s’il y a intervention, il y aura un choc grave. – Autre registre, promettant tout autant sinon plus, la grande épreuve au gouvernement, les prisons, le personnel pénitentiaire. A bout, débuts de carrière au recrutement de plus en plus difficile : 1.300 euros. Un seul surveillant pour 500 prisonniers, pas de traitement différencié ni de formation du personnel renforcée pour la garde des violents et des radicalisés. Des prisonniers qui ne pensent qu’à tuer ; les surveillants démunis, pas d’armes, pas les chiens très formés des prisons allemandes. Grave incident près de Calais : agression très violente de surveillants par un détenu islamiste. La ministre sur les lieux au bout de cinq jours, comparaison avec COLLOMB aussitôt sur place. Grèves et blocages depuis ce matin. Ce ne sont pas les aménagements de peine pour dégorger les prisons, mais bien des constructions nouvelles et des personnels spécialisés. Ces évolutions sont très graves : les policiers ont peur, les surveillants ont peur, la peur est imprudente et dangereuse. Un décalage entre l’image de gouvernement et les drames à traiter et soigner, mais plus encore et plus gravement nos discussions byzantines, avant-hier sur l’éthique et la bio-éthique, hier sur la laïcité, aujourd’hui sur la relation entre hommes et femmes quand il y a frustration des uns ou abus de pouvoir sur les autres, et ainsi de suite. Inquiétude et tristesse.

20 heures 24 + Les « nouvelles » télévisées présentent les choses bien plus mal que les dépêches ou la radio. Evocation aussi d’un conflit à la rédaction de FR3 : région Rhône-Alpes-Auvergne, une émission pendant toute une semaine sur Laurent WAUQUIEZ, on n discerne pas bien en quel sens. L’homme a un drôle regard, les yeux en boule de loto, une juvénilité de visage et de mobilité de la silhouette donnant la sensation d’immaturité. Même chose à Quotidien, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, une étoile montante en politique mais qui selon mes souvenirs, il n’y a pas deux ans était dans un parti, pas dans le démarrage d’EM, ou … Chiffres que je n’ai pas retenu, les origines politiques ou les sans-étiquettes préalables des élus de la République en marche, à l’Assemblée nationale. Quelques 128 étaient au Parti socialiste et croient, pour certains, à la double appartenance, puis quelques 115 dits de la société civile. Peu donc viennent d’autres partis, notamment de droite. Or, ce qui commence à propos des migrants, à propos des sans abri déplaît à beaucoup dans cette majorité présidentielle. Le énième séminaire ne fait pas recette : je ne évidemment comment cela se passe, mais je présume la tentative d’haranguer et « pédagogiser », de même que le conseil des ministres serait une formation au management. Cela sent trop, surtout quand on le subit personnellement et directement, alors qu’on a été élu dans un tout autre esprit, une déviance de l’esprit démocratique. EM demain à Calais : sera-t-il tempérant ? je suppose que les micros seront en tendance tant qu’il n’y aura pas pupitre, étiquettes et drapeaux. Séquences de ce qui semble une chasse à l’homme dans les bois autour de Calais : encore 3 à 500 personnes, dont les tentes et couvertures sont sans cesse confisquées. Harassés et manquant de sommeil, beaucoup se laissent embarquer vers des « centres de rétention ». Dialogue avec un Afghan presque intelligible en français.

Prier… personne ne raccommode un vieux vêtement avec une pièce d’étoffe neuve ; autrement le morceau neuf tire sur le vieux tissu et la déchirure s’agrandit.  [3] Constat de bon sens mais aussi d’expérience : censément charpentier de père en fils (déduction mais pas indication formelle d’un des évangélistes), Jésus s’y connaît comme dans le stockage du vin. Jésus vit et a vécu comme nous, et certainement curieux de tout, et ayant exploré toutes les régions et localités de la Palestine, et tous les métiers et états de vie en son époque. Ainsi incarné, le Fils de Dieu se présentant avec insistance comme le Fils de l’homme entend montrer que Sa venue dans notre humanité et dans l’Histoire des hommes, inaugure un tout nouveau temps, périmant ou relativisant les acquis et les rites antérieurs. Pourtant cette péremption laisse libre la suite, l’invention des hommes libérés d’un passé (le péché originel) et devant vivre et assumer la suite, nous donc dans cette responsabilité de continuer et dans le bon sens, la vraie direction : le temps du Christ, court, doit changer les comportements car il donne de nouvelles relations entre les hommes, et entre les hommes et Dieu, de nouvelles perspectives aussi. Les invités de la noce pourraient-ils jeûner, pendant que l’Epoux est avec eux ? Tant qu’ils ont l’Epoux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner. Mais des jours viendront où l’Epoux leur sera enlevé (pas un départ du Christ, mais un arrachement : la mise à mort appelant la Résurrection et la fin du temps festif de la vie terrestre du Christ) ; alors, ce jour-là, ils jeûneront. Rendus à d’anciennes prescriptions ? Non, mais une sobriété, une liturgie nouvelle, cf. la lecture de Paul hier sur notre corps, temple de l’Esprit. Une transformation de l’homme dès « ici-bas » : voilà ce qu’a produit le Fils de l’homme, vivant quelques années parmi nous. C’st limpide. Ce qui ne l’est pas, c’est ce que le Seigneur reproche à Saül, ni apostat, ni idolâtre, encore moins assassin comme le sera son successeur :  parce que tu as rejeté la parole du Seigneur : lui aussi t’a rejeté. Tu ne seras plus roi. La succession sera laborieuse et à suspense. Les commentaires sur cette désobéissance, selon Prions en Eglise, restent perplexes. L’essentiel est que Dieu est maître du jeu, maître de l’Histoire. Le psalmiste, confiant et priant, n’avance pas davantage : je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ; tes holocaustes sont toujours devant moi…Penses-tu que je suis comme toi ? Je mets cela sous ts yeux et je t’accuse. Réponse de Saül auquel s'est tant attaché Samuel : mais j'ai obéi à la voix du Seigneur ! je suis allé là où il m'envoyait.


[1] - Ousmane dont m'a fait hériter en soins et soucis, mais aussi en confiance, un moine de Solesmes, n'a pas eu la chance de naître dans un pays ou un continent "normal", ni avec un statut social considéré. Depuis son retour à la terre à l'automne de 2015, faute de travail dans la  capitale mauritanienne, la malchance l'a poursuivi, surtout ces derniers mois et jours : tempête dévastant en partie cultures et jardin (pas d'assurance), grave atteinte de son père (sans retraite évidemment) au dos et couteuse intervention chirurgicale (sans tiers payant évidemment), diagnostic de tuberculose, il y a jours (traitement semble-t-il gratuit), mais maintenant problème non résolu depuis son retour au pays : la maison qu'il a alors commencé de construire, après un an sous tente locale, n'est pas terminée. Son père, sa mère et sa soeur handicapée, vivent dans 5 m² et ne peuvent l'accueillir, lui, sa femme et leurs quatre enfants. Très froid e ce moment malgré la latitude. Toujours sous la même tente, tandis qu'il est maintenant malade. Pour terminer la maison, surtout la couvrir, en dehors de ce que je peux lui envoyer, il lui faut mille euros, et un peu plus si possible.  western union = guineitt bah Mauritanie. Vous me couriellerez le code, si vous voulez bien envoyer quelque chose. Sinon, chèque BFF . boîte postale 3 - 56450 Surzur.
déque je resoi l'argent ma famme et moi et le maçon nous allons finir la maison pour la culture ma famme mon fils et mon père vons s'occupés de sa
Après cela, je donnerai les comptes - autant que je peux reconstituer nos envois et ses recette - à celles et ceux de vous qui ont contribué. Nous verrons ensemble si nous pouvons constituer une association ou plus simplement une concertation informelle pour constituer un petit pécule que nous débloquerons en cas de besoin. Je pensais depuis l'été avoir un éditeur mauritanien pour l'ensemble - conséquent - de mes écrits sur ce pays qui m'est cher, et disposer ainsi en monnaie locale de quoi faire parvenir assez régulièrement quelque chose à mon ami. Le seul éditeur de Nouakchott se dérobe depuis Mai-Juin 2017.

[2] - Le 15/01/2018 à 08:21, Olivier BRISSON a écrit :
Philippe Marchand vient de nous quitter à 78 ans.
Ancien ministre de Mitterrand mais aussi Juge à la Cour Nationale du Droit d’Asile, il faisait partie de ceux dont on regrette vraiment le départ…
 Le 10/01/2018

 Le Président turkmène interdit les voitures noires dans tout le pays  car il n’aime que le blanc et interdit aux femmes de conduire car elles lui font peur au volant…
Il est qualifié pour l’Oscar Trump du mois…
 Le 11/01/2018

 Premier retrait de nationalité d’un migrant indien , naturalisé américain, arrivé en 1991, marié à une américaine..
A quand le tour de la femme de Trump ,née en Slovénie ?
 Le 12/01/2018

 Au nom de la « France qui travaille », le premier adjoint du maire de Marseille avait dénoncé à l ’Assemblée Nationale une mère de famille qui avait déclaré ses enfants dans 17 caisses d’allocations familiales et encaissé indument plusieurs dizaines de milliers d’€…
…..alors qu’il avait lui-même oublié de déclarer ses comptes cachés en Suisse..
La p’tite fraudeuse, dénoncée par un gros voyou…
 Le 13/01/2018

 Il vire le sélectionneur Guy Noves sans respect de la morale et de la procédure.
Il signe pour la Fédération de Rugby qu’il préside, un contrat de 25 millions d’€ avec un vieux pote, sans respecter l’avis du Comité d’Ethique du Conseil d’Etat..
Il va finir par nous faire détester le rugby…
 Le 14/01/2018

 [3] - 1er livre de Samuel XV  16 à 23 ; psaume L ; évangile selon saint Marc II 18 à 22