lundi 18 septembre 2017

à Lui, mon cœur fait confiance - textes du jour


Lundi 18 Septembre 2017



09 heures 16 + Nuit qui m’a paru courte, rêves que je n’ai pas mémorisés mais agréables. Bonne humeur générale, même dans l’aquarium où Tropique II nous inquiétait depuis trois-quatre jours. Magnifique conjonction à la nuit encore noire, plein Est ; La lune en croissant horizontal et sans doute Jupiter, très gros, au dessus de l’allée  longeant la façade nord de Minnohar me Mamm. Moyennant une heure de sieste avant de dîner hier soir, je n’ai aucun mal à rédiger mon courriel du jour. – Me voici dans le papier qu’attend Le Calame. Nous aurons l’orthodontiste à 14 heures, tous les trois ensemble, à Questembert. J’espère reprendre ma lecture du message d’EM à Versailles pour la donner à photocopier à Vannes avant la messe de demain à Saint-François-Xavier. Et travailler aussitôt, et comme une tentative, le journal du départ de Maman. Il fait maintenant très beau et calme.
Fascinant  : tout ce qui a été critiquable, sinon ridicule chez ses prédécesseurs, EM le refait et en rajoute. Voici maintenant un séminaire de formation à l’esprit de groupe et à la communication pour les élus « marcheurs ». Voici surtout la PMA (sinon la G.P.A.) pour tous qui promet une nouvelle mobilisation de la Manif. pour tous et des intégristes de tous bords : COLLOMB qui n’oublie pas sa vraie base : la mairie de Lyon, l’a compris et publie sa préférence pour la lutte contre le chômage au lieu de chercher des solutions aux « problèmes civilisationnels ». Contexte : une reconduction de MERKEL renforcée par son décanat mondial de responsabilités gouvernementales dans un pays démocratique s’il en est (depuis 1949) et élections sénatoriales chez nous qui devraient signifier à EM que ses réformes, si elles ont trait à notre Constitution, ne seront pas aisées à faire passer : qu’avons-nous besoin de retoucher notre Constitution, sauf à revenir au legs du général de Gaulle ? Le plus cynique est de donner à croire que ce sont les députés de base qui font des « couacs »…
16 heures 59 + France Info. interroge l’ancien président du conseil italien, illustration internationale pour le dessein et la tentative de positionnement de Sciences-Po. Saint-Guillaume à l’anglo-saxonne. Un livre : faire l’Europe, dans un monde brutes. Flatteusement francophone, mais pauvreté des propositions et de l’identification de nos crises. Sinon une idée venue de l’Institut Jacques Delors, l’enseignement de l’Europe, aux enfants et aux métiers adultes de communication. Qu’ai-je fait pendant quatre ans, qui m’ont plu, à Paris VIII ?

 20 heures 44 + Quotidien invite Stéphane BERN puis fait commenter par leurs principaux acteurs un film réalisé hors toutes habitudes du métier : Mélanie LAURENT et Guillaume CANET. L’idée d’EM de confier un inventaire et la charge d’enthousiasmer pour notre patrimoine, mais celui-ci entendu trop étroitement. L’absence de mémoire et donc la perte d’un art, profiter des idées et des expériences d’autrui, et autrui, c’est bien le passé, tout autre et pourtant parent. La mission de MERIMEE et de VIOLLET-LEDUC. Ce film Mon garçon, tourné selon la spontanéité et la logique de l’acteur laissé à lui-même sauf un objectif de convention mais aisé à s’approprier : Mon garçon

 21 heures 52 + Lassitude : physique, la journée, sauf l’orthodontiste de Marguerite, la route ensemble tous les trois et le charme tranquille, apaisant, légitime du vieux Questembert… à rédiger mon papier pour Le Calame : par le commentaire d’anniversaires, le quantième du jour, stigmatiser la dictature et dégager l’esprit et la bonne volonté des tentatives de régime démocratique. Avec le courriel de chaque jour, communiquant à quelques centaines d’intimes ou de relations fortuites, mon bilan personnel, nos conjonctures politiques et la lecture proposée par l’Eglise, ces articles de reconnaissance pour ma dette d’adolescence envers la Mauritanie et son fondateur, sont en ce moment ma seule structure. Mais tête et cœur sont déjà dans deux projets de livre : affection, vérité, providence. Lassitude morale : cette guignolade quotidienne, s’accentuant de quinquennat en quinquennat, toujours plus de spectacles, de paroles et d’images, de moins en moins de profondeur, de labour, et donc à terme de récolte, quels que soient les moments de gentillesse, que je reconnais volontiers, et EM en a souvent. Physiquement proche et attentionné, mentalement lointain et insaisissable, inexplicable. Les Nations Unies, occasion de discourir et non d’écouter. Ecouter la respiration de chaque gouvernement, tout à ses astreintes domestiques, la respiration quand même des peuples. Les transcriptions d’ambiance dans Le Monde pour les époques où la France était attendue et écoutée avec une telle attention : de GAULLE + COUVE de MURVILLE, dix ans d’une diplomatie fondée seulement sur une pensée libre, magnifiquement exprimée, propre à l’universel et l’appelant.
Prier… le Dieu de l’universel, mais fait homme. Jésus constatant et admirant la foi du centurion. Ceux qui demandent pour autrui, pour qui ils aiment [1] : entendant cela, Jésus fut en admiration devant lui. Il se retourna et dit à la foule qui le suivait : « Je vous le déclare, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ». La réputation de Jésus, la réputation du centurion, la bienveillance partout : c’est rare dans les évangiles comme « dans la vie », mais les évangiles, c’est notre vie. Jésus était en route avec eux, Dieu se laisse emmener et faire. Guérir qui souffre, être crucifié et souffrir abominablement. Je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. Jésus l’exauce : Il n’entrera pas, mais Il le magnifie suprêmement : une telle foi ! Et Paul l’explicite : Dieu notre Sauveur, car Il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité. Connaître, étreindre, comprendre, être pris, enveloppés par la vérité, attribut, nature-même de Dieu. La connaissance selon Paul, et selon la convoitise d’Eve. A lui, mon cœur fait confiance, répond le psalmiste. Je fais miennes, ce soir, ces paroles.
Ce militant qui se laisse ou se faut voler tout ou partie de la recette de la fête de l’Humanité : 23.000 euros ? tant d’histoires-anecdotes disant cette même souffrance, l’impuissance au premier degré. Fond de télévision, le plus sauvage d’entre tous, un NEWMAN en 1963, tête-à-claques comme toutes celles et tous ceux qui se savent beaux, vraiment repoussant. Sans doute l’ai-je été, ce qui est bien la pose la plus bête. Magnificence du Christ dont nous ne pouvons imaginer silhouette ni visage, que l’âme et le cœur, le comportement humain. De ces vieilles femmes surtout dont il saute aux yeux, malgré leurs années ou grâce à celles-ci, qu’elles ont été belles, très belles, sans doute désirées et aimées rien que de silhouette, de corps, de grâce. Ma chair a refleuri, mes chants lui rendent grâce… il m’a guéri.


[1] - 1ère lettre de Paul à Timothée II 1 à 8 ; psaume XXVIII ; évangile selon saint Luc VII 1 à 10